+ 84 9 66 59 98 05 (Hotline, francophone, WhatsApp)
Portrait d'ethnie: la minorité Cham - Parfum d'Automne Portrait d'ethnie: la minorité Cham - Parfum d'Automne Portrait d'ethnie: la minorité Cham - Parfum d'Automne
Portrait d'une femme Cham, Cambodge

Portrait d’ethnie: la minorité Cham

 

Découvrez ici des informations sur la population Cham, présente au Cambodge et au Vietnam. Ils sont les descendants d’une riche histoire culminant avec le Royaume du Champa du 12ème au 17ème siècle. Nous vous expliquons leurs rites et croyances. 

 


 

Les Cham sont un peuple ayant pour origine le Royaume de Champa qui fut établi entre le 12ème et le 17ème siècle sur le territoire vietnamien actuel et plus précisément sur ce qu’on appelle aujourd’hui les hauts plateaux. Ce peuple provient des îles que sont la Malaisie et l’Indonésie aujourd’hui. Les Cham aujourd’hui sont répartis dans plusieurs pays : ils sont environ 300 000 au Cambodge et 125 000 au Vietnam. Ils sont également en petit nombre au Laos, Malaisie, Thailande et enfin aux USA et en France. Ces personnes émigrées loin de leur terre d’origine ont dû fuir les exactions des Khmers Rouges qui auraient exterminés entre 100 et 500 000 Cham entre 1975 et 1979.

Au Vietnam, leurs villages se situent près de la côte dans les Provinces de Ninh Thuan et Binh Thuan, près de la ville de Phan Rang, aussi appelée Panduranga, site historique de l’Empire Cham.

 

De quoi vivent-ils ?

Les Cham étaient connus au temps grandiose du Royaume Champa pour être de grands pirates et guerriers ! Heureusement, ils se sont assagis depuis et aujourd’hui la population Cham vit d’agriculture, d’artisanat et de pêche. Vous connaissez peut être la céramique confectionnée par les femmes Cham ? Non, hé bien, c’est à découvrir ! Le village de Bau Truc dans la Province de Ninh Thuan est un des plus vieux villages de céramique d’Asie du Sud-est et le savoir-faire est Cham ! Une très grande majorité des familles Cham du village pratiquent toujours cet artisanat avec les techniques ancestrales. Vous découvrirez de nombreux objets variés comme des vases, marmites, jarres ou encore lampes de décoration…

 

Comment se logent-ils ?

La maison Cham traditionnelle, appelée Thangyo, est placée le plus souvent sur de vastes supports, à plat sur le sol ou sur des pilotis. Les murs sont faits de boue recouverts de paille et la maison comprend trois pièces et un couloir commun. Une grande pièce sert de chambre à coucher pour les parents et est transformée en chambre funéraire pour la personne de la famille décédée. Les autres caractéristiques de l’habitation Cham, qu’elle soit placée sur pilotis ou à plat sur le sol, dépendent du climat et du relief de la région. Là où les inondations sont fréquentes pendant la saison des pluies et où l’invasion des termites, des scorpions, des fourmis et des serpents est fréquente pendant la saison sèche, la maison sur pilotis offre des avantages évidents. Les Cham dans les régions supérieures des provinces de Quang Ngai et de Binh Dinh vivent dans de telles habitations, alors que celles des provinces de Phan Rang, Nha Trang et Phan Thiet habitent dans des maisons à même le sol.

 

Comment s’habillent-ils ?

Le vêtement principal pour les deux sexes est un vêtement semblable à un sarong de type batik, qui est porté noué à la taille. Les hommes portent des chemises par-dessus batik, et les femmes portent des chemisiers serrés qui sont ouverts à la gorge et ont des manches serrées. La coiffe caractéristique est un turban ou une écharpe.

 

Quelles sont leurs croyances ?

Les Cham ont une origine hindou et une part d’entre eux se sont convertis à l’Islam au XIIIe siècle, sous l’influence des marchands arabes, indiens, persans et chinois musulmans. Aujourd’hui existent deux branches distinctes : les Chams brahmanistes et les Chams musulmans dits bani (« fils du prophète »). Mais ces dernières populations pratiquent un Islam toujours très influencé par l’Hindouisme et elles ne respectent pas tous les préceptes de la religion musulman (si tant est que l’on puisse parler d’ « une » religion musulman) édictés dans le Moyen Orient par exemple.

Du fait de leur religion, les Cham trouvent néanmoins des ressources du côté des réseaux musulmans du Sud-est asiatiques. Ces réseaux les aident dans leur quête de protéger leur religion et leurs spiritualité en construisant des Mosquées (79 au total au Vietnam) et des écoles religieuses.

 

Leurs rites

# Mariage : Le mariage chez les Cham doit être consommé plusieurs mois avant la cérémonie ! Les enfants de ces unions sont souvent assez âgés pour participer à la célébration officielle des noces. Le soir venu, le couple, vêtu de vêtements blancs sans fourrure, marche main dans la main le long des nattes qui vont de leur habitation à la hutte cérémonielle. Les prêtres, entourés des familles, récitent des prières. Les parents de la fille disent au jeune homme qu’ils lui donnent leur fille. En offrant sa main, le jeune homme dit qu’il accepte. Agenouillé devant les prêtres, le jeune homme se prosterne trois fois. La jeune fille se prosterne trois fois et rentre seule à la maison. Les prêtres demandent au jeune homme quels cadeaux il apporte à sa future épouse. Il doit donner une bague en argent et peut donner des cadeaux supplémentaires, tels que des bracelets, des buffles et des chariots. Les prêtres bénissent l’anneau que deux témoins portent alors à la jeune fille. Si la fille accepte la bague, elle est placée sur son doigt et le jeune homme est informé de sa bonne fortune. Les parents de la mariée donnent un cadeau au marié, comme le font les parents du marié. Les invités offrent les cadeaux du couple, et une grande fête termine la cérémonie.

Saviez-vous que le divorce est fréquent chez les Cham ? Et que celui-ci est souvent à l’initiative de la femme ! Le divorce se fait devant le chef spirituel du village et les bagues, comme les objets donnés pour célébrer le mariage, sont ainsi rendus à l’un et l’autre.

 

# Les funérailles : Selon les coutumes du peuple Cham musulman de la province de Binh Thuan, après la cérémonie d’inhumation, la famille du défunt tient un rituel d’adoration (“phathi” en langue Cham) à la maison pendant trois jours consécutifs.

Le premier jour s’appelle “Dau Van”, le second est “Tak Ku Bau Yau” (rituel de mise à mort des buffles), et le troisième jour est “Po Non” (le rituel de voirie). Les offrandes pour le rituel hebdomadaire comprennent deux buffles, une tonne de riz, ainsi que du poisson, du bétel, de l’areca, du sucre et d’autres aliments.

Les rituels sont dirigés par un prêtre en chef qui lit des prières avec les «muftis» (prêtre islamique). Les villageois qui assistent aux rituels aideront la famille à ériger un “chank” (cabane) pour l’adoration. Après la cérémonie d’inhumation le matin, la famille organise le rituel «Dau Van» à 16h-17h avec des offrandes simples comme du riz et des poulets.

 

Pour rencontrer la population Cham pendant votre voyage, il suffit de confectionner avec nous votre circuit sur-mesure!

 

Nos circuits à la rencontre des ethnies du Vietnam

 

 

Mathieu Arnaudet

Laisser un commentaire :