+84983086737 (Whatsapp Mme Huong, Francophone)
Top
Philosophies, religions et croyances au Vietnam - Parfum d'AutomnePhilosophies, religions et croyances au Vietnam - Parfum d'AutomnePhilosophies, religions et croyances au Vietnam - Parfum d'Automne
Vue aérienne de Bai Dinh, Ninh Binh, Vietnam

Philosophies, religions et croyances au Vietnam

 

Vous préparez un voyage culturel au Vietnam ?

Vous souhaitez en savoir plus sur la spiritualité des vietnamiens ?

Parfum d’Automne vous présente les trois philosophies principales du pays :

Bouddhisme, Confucianisme et Taoisme.

 


 

Les croyances des vietnamiens sont complexes, elles superposent plusieurs philosophies intégrées à leur culture au fil du temps.

Nous avons vu dans notre histoire contemporaine qu’il y a eu un « boom » de la pratique spirituelle après le doi moi. Cela a même été encouragé par l’Etat vietnamien qui a fait d’Ho Chi Minh une figure mystique.

Les pratiques spirituelles prennent une grande place dans la vie des vietnamiens. L’influence de l’ère chinoise y est pour beaucoup. Le peuple vietnamien est toujours instruit de ce qui a été nommé « les trois enseignements » ou « Tam Giáo » en vietnamien, c’est-à-dire l’enseignement du confucianisme, du bouddhisme et du taoïsme.

Ces enseignements forment un syncrétisme qui dicte toujours la vision de la vie, de la mort et de la manière de se comporter des vietnamiens aujourd’hui.

Notre agence de voyage vous explique ce que revêtent les enseignements de chaque « philosophie » :

 

Le bouddhisme au Vietnam

Originaire d’Inde, la philosophie bouddhiste s’est étendue ensuite vers l’ère chinoise pour s’implanter durablement dans la région. Cette philosophie a même était un temps « religion d’Etat », sous la dynastie Ly entre 1 010 et 1 214. Les moines bouddhistes pendant plusieurs siècles étaient des conseillers du Roi et avaient une place privilégiée à la « cour » de ce dernier.

Outre la croyance dans le Karma (« je suis déterminé dans cette vie par ce que j’ai été dans ma vie antérieure »), le bouddhisme enseigne les manières vertueuses de se comporter. Il y a ainsi des « bonnes » manières de penser, de voir, de parler, de se conduire, de méditer etc. Dans le bouddhisme, le temps est circulaire, il n’y a pas de début ni de fin mais les actes ont toutes leur importance et détermineront les vies ultérieures.

Tout au long de votre voyage au Vietnam vous verrez et visiterez de nombreuses pagodes, notamment celle de Tran Quoc à Hanoi, la plus ancienne de la capitale, construite sous l’empereur Ly Nam Dê au 6ème siècle après Jésus Christ.

Le bouddhisme est aujourd’hui célébré comme une force de la nation vietnamienne, qui l’a aidé par ses enseignements à lutter pour la liberté. Ainsi, si Etat et religion sont séparés, le bouddhisme est aujourd’hui investi d’un rôle dans la construction nationale, ce qui n’était pas le cas il y a encore quelques dizaines d’année. Une « Eglise bouddhique du Vietnam » existe même et tient régulièrement ses congrès (le dernier a eu lieu en 2017).

 

Pagode Tran Quoc à Hanoi, Vietnam

Pagode Tran Quoc à Hanoi, Vietnam

 

Le confucianisme au Vietnam

Le confucianisme, lui, n’a ni livre sacré, ni lieu de culte, ni clergé. Il est un pur enseignement de moral. L’enseignement amènerait à vivre heureux en harmonie avec la société.

La morale de Confucius, qui a vécu au 5ème siècle avant Jésus Christ, est à destination de tous les individus, hommes du peuple et hommes de pouvoir. L’homme doit ainsi se conduire en respectant 5 vertus que sont la bienveillance (humanisme), la droiture (respecter ce qui est juste et non pas de son intérêt en toutes circonstances), la bienséance (respect des rites), la sagesse (distinguer le bien du mal et rationaliser) et la sincérité (savoir être digne de confiance). En plus de ces vertus cardinales, le confucianisme définit clairement les rôles dans la société afin que celle-ci évolue en harmonie. L’individu n’est pas libre, il est assujetti à son rôle lié à sa place dans la société. L’obéissance a une place importante dans la philosophie sociale du confucianisme. Il n’existe pas de place dans la société où l’on n’obéit pas : le sujet doit obéir au Roi, le fils au père, le cadet à son aîné et la femme à son mari.

Cette morale irrigua pendant longtemps les relations sociales au Vietnam à partir du 1ère siècle de l’ère chrétienne sous domination chinoise. Son influence grandira, même après la fin de la domination chinoise. C’est au 11ème siècle que « le temple de la littérature » sera construit afin d’éduquer les « fils de la nation » (Quốc Tử Giám), gardiens de la tradition confucéenne. Cet enseignement durera jusque 1915 !

Après une période où le Confucianisme fut mis au ban du fait de la politique de « table rase » du Parti Communiste Vietnamien, il connut, avec les autres croyances, son renouveau après 1986 et l’ouverture du pays. Néanmoins, au fur et à mesure que le pays se développe, que l’enseignement se diversifie et que les types de relations sociales évoluent, le confucianisme apparaît de plus en plus comme une résonance d’un passé traditionnel, hiérarchique et autoritaire. Le Confucianisme est ainsi assimilé aujourd’hui à respect de la tradition, ce qui dans un Vietnam résolument tourné vers l’avenir, provoque nécessairement des frictions entre ancienne et jeune générations.

Le Confucianisme renvoie ainsi à une société figée, tournée vers la sauvegarde de la tradition, alors que la jeune génération d’aujourd’hui est dynamique et curieuse de découvrir de nouveaux horizons.

Restent néanmoins l’enseignement des valeurs que doivent guider l’action de l’homme et ceci apparait toujours comme une boussole importante dans les changements des temps présents.

 

Temple de la Litterature, Hanoi, Vietnam

Temple de la Litterature, Hanoi, Vietnam

 

Le Taoïsme au Vietnam

Cet enseignement, né en Chine dans le même temps que le Confucianisme, apporte une dimension mystique et métaphysique au Tam Giáo vietnamien. Alors que le Tao (le chemin) n’était à ses débuts qu’un enseignement assez floue, il est devenu au fil du temps et au fil du travail des disciples de Lao Tseu (à qui on doit la paternité de cet enseignement), une véritable religion incluant un panthéon de dieux à qui il faut s’adresser à travers des cultes et des rituels pour espérer gagner l’immortalité. Le principal dieu étant Ngoc Hoang ou Empereur de Jade qui dirige des Cieux toutes les autres divinités.

Nous vous conseillons de visiter la Pagode de l’Empereur de Jade qui a été construite au début du 20ème siècle par la communauté chinoise établie à Ho Chi Minh Ville (à l’époque Saigon). Vous en apprendrez plus sur le panthéon des dieux et la religion Taoïste.

Il est clair que la culture vietnamienne s’est inspirée de la religion Taoïste pour créer également le culte des ancêtres et son propre panthéon de dieux et de grands personnages historiques divinisés. Vous verrez ainsi dans toutes les maisons vietnamiennes des hôtels dédiés aux ancêtres et aux esprits protégeant les lieux. Les « fantômes » ont ainsi une place importante dans la spiritualité des vietnamiens ! Beaucoup de festivals se tenant au Vietnam, notamment après le Têt (nouvel an vietnamien), sont dédiés à un esprit particulier. Les croyances dans ces esprits mais aussi dans la voyance, la géomancie ou l’astrologie tiennent une place importante dans la culture populaire vietnamienne.

 

Auteur de l’article: Mathieu Arnaudet

Crédit photos de cette page: Mathieu Arnaudet

 

Préparez votre voyage culturel au Vietnam avec Parfum d’Automne :

 

Mathieu Arnaudet

Laisser un commentaire :