Quang Phu Cau, le village de l’encens près de Hanoi - Parfum d'Automne Quang Phu Cau, le village de l’encens près de Hanoi - Parfum d'Automne Quang Phu Cau, le village de l’encens près de Hanoi - Parfum d'Automne
Le séchage de l'encens dans le village de Quang Phu Cau, Vietnam

Quang Phu Cau, le village de l’encens près de Hanoi

———————————————————————————

Découvrez dans cet article ce que revêt la signification de l’encens dans les rites traditionnels et religieux au Vietnam.

Partez à la découverte de Quang Phu Cau, le village de l’encens situé près de Hanoi. Vous apprendrez les étapes de fabrication de cet objet si important

Les croyances ancestrales et religions au Vietnam

Les vietnamiens comme les autres peuples du Vietnam et de nombreux pays d’Asie (ou même d’Afrique) partagent la même croyance en un monde invisible peuplé d’esprits et de génies qu’il faut vénérer ou redouter. Les populations s’adressent ainsi à leurs génies pour les protéger, eux et leurs foyers.

Le culte des ancêtres au Vietnam s’inscrit dans ces croyances animistes mais tient une place particulière puisqu’il fonde la cohésion familiale et même, pour le Vietnam, la hiérarchie sociale. Le respect des ainés est l’attitude la plus importante, qu’il faut perpétrer même après la mort de ses parents. La hiérarchie familiale s’applique ainsi au-delà de la mort : les parents morts feront l’objet d’un culte mais pas l’enfant mort.  Pratiquer ce culte permet de faire le lien avec celles et ceux qui ont précédé mais aussi de remercier la terre sur laquelle s’est construite la filiation.

A ces croyances ancestrales, fondement de la société vietnamienne, se sont ajoutées au fil de l’histoire d’autres religions (confucianisme, taoïsme, bouddhisme, christianisme, caodaïsme) formant le véritable syncrétisme religieux dans lequel les vietnamiens vivent aujourd’hui.

Que ce soit sur l’autel des ancêtres ou dans les Temples et Pagodes, l’encens joue un rôle primordial au sein des rites et prières.

 

Encens à la pagode Tran Quoc à Hanoi, VietnamEncens à la pagode Tran Quoc à Hanoi. Crédit photo: Mathieu Arnaudet

 

Le rôle de l’encens dans les rites ancestraux et religieux

Pratique familiale, le culte des ancêtres est exercé à la maison. Dans la pièce principale ou à l’étage, un autel est dressé sur une table ou un meuble laqué. S’y trouvent les photos des défunts, des corbeilles de fruits posées là en guise d’offrande et puisque d’autres croyances ont leur place au Vietnam, il peut même y avoir des statuettes de bouddha ou de Jésus Christ !

Dans ce décorum, les bâtons d’encens tiennent une place de choix. C’est la fumée qui se dégage de l’encens qui établit le lien entre les vivants et les morts. Le culte commence quand les bâtons d’encens sont allumés. Ils signalent alors la mise en relation avec les défunts. C’est ensuite le temps de la prière : les bâtons d’encens sont placés entre les deux mains et trois salutations sont alors effectuées. Ils sont ensuite reposés délicatement sur l’autel des ancêtres.

 

Hôtel des ancêtres dans une famille vietnamienne

Autel des ancêtres chez une famille vietnamienne. Crédit photo: Mathieu Arnaudet

 

Au sein de la tradition bouddhiste, l’encens a plusieurs significations. L’offrande d’encens (sang) a, comme dans les rites ancestraux, une fonction propitiatoire, c’est à dire qu’elle permet d’entrer en (bonne) relation avec les êtres immatériels. Grâce à l’encens, le pratiquant peut ainsi atteindre des mondes hors de la portée de ses sens.  Ensuite, elle revêt une fonction purificatrice: les pensées et émotions sont purifiées à travers le véhicule de l’encens. Ce n’est qu’à cette condition que la rencontre avec l’au-delà des sens est possible.

La prière bouddhique se réalise en tenant 3 bâtonnets d’encens entre ses deux mains. Ils symbolisent le Bouddha, le Dharma (pratiques par lesquelles on atteint l’éveil) et le Sangha (symbolisant la communauté spirituelle).

 

Encens dans une pagode à Hanoi, Vietnam

Encens se consumant dans une pagode de Hanoi, Vietnam. Crédit photo: Mathieu Arnaudet

 

Quang Phu Cau, le village de l’encens près de Hanoi

Comme vous avez pu le comprendre, l’encens tient une place importante dans le quotidien des vietnamiens. Il est donc intéressant de découvrir sa fabrication pendant votre circuit sur mesure au Vietnam.

Si vous voulez éviter l’afflux touristique, nous vous proposons  de visiter le village de Quang Phu Cau situé à 35 km au sud de Hanoi. Plus qu’un village, c’est en fait tout un district portant le nom de Ung Hoa qui est réputé pour la fabrication de son encens.

Les bords de routes traversant les villages de Quang Phu Cau, Cau Bau, Phu Luong ou encore Dao Tu sont colorés de la peinture apposée sur les bâtonnets d’encens.

 

Les bords de route colorés par l'encens Quang Phu Cau, Vietnam

Les bords de route colorés par l’encens Quang Phu Cau, Vietnam. Crédit photo: Mathieu Arnaudet

 

La visite de ces villages est ainsi un régal pour les yeux et contentera certainement les voyageurs photographes. Accompagnés de votre guide, vous pourrez discuter avec les villageois perpétuant leurs métiers depuis plusieurs génération. Ils vous expliqueront en détail les étapes du processus de fabrication et comment leur métier s’est transformé.

 

Découvrir les étapes de la fabrication de l’encens

Dans chacun de ses villages, les familles se sont spécialisées dans une étape particulière de cette production d’encens, ce qui permet à une bonne partie de la population de vivre de leur artisanat et d’éviter les exodes vers la capitale. La demande étant toujours aussi importante pour ce produit, les villageois continuent de vivre de leur travail.

Regardons rapidement les étapes de la fabrication:

 

Tout d’abord le bambou utilisé est coupé et arrondi pour en faire de fins bâtonnets.

Batons de bambou, Vietnam

Crédit photo: Mathieu Arnaudet

 

Un tiers du bâtonnet est ensuite recouvert de peinture rouge. 

Peindre les batonnets d'encens, Vietnam

Crédit photo: Journal Nha Dan

Les deux autres tiers sont recouverts de poudre d’encens. Cette dernière est obtenue à partir de substances végétales odoriférantes, lesquelles sont réduites en poudre et mélangées selon une proportion déterminée.

C’est ce qui donne le parfum de chaque encens.

Femmes aux machines mettant l'encens sur le bambou, Vietnam

Crédit photo: Mathieu Arnaudet

 

Depuis peu, cette poudre est appliquée sur le bâtonnet de manière automatique par des machines. Jusqu’à récemment, tout était fait à la main, tige par tige!

 

Une fois que le bâtonnet est prêt, il faudra les faire sécher au soleil avant de les empaqueter pour les vendre. Voici une photo du “produit” final en train de sécher.

 

Encens en train de sécher, Vietnam

Crédit photo: Mathieu Arnaudet

 

Nous espérons vous avoir donné envie de visiter ces villages de métier spécialisé dans la fabrication de l’encens.

 

Pour aller plus loin:

“Le culte des ancêtres dans la famille vietnamienne, Florence Nguyen Rouault, Revue Hommes et Migrations, pp 26-33, 2001

Les rites bouddhiques et leurs significations“, site web BuddhaLine, Mars 2001

 

Envie de vous offrir un voyage sur-mesure au Vietnam?

Cliquez et préparez votre voyage avec nous

DEMANDEZ UN DEVIS

Réponse sous 48h

Mathieu Arnaudet

Laisser un commentaire :